Frais de port offerts pour toute commande supérieure à 75€
Solis Rex

Solis Rex

Au XVIIe siècle, la population française fuit autant l’eau et les ablutions, considérées comme vecteur de maladies, qu’elle se passionne pour les parfums. Utilisés sous forme de poudres incorporées aux vêtements, perruques, éventails, mouchoirs ou encore aux gants, ils masquent les odeurs corporelles et sont particulièrement réputés pour leurs présumées vertus thérapeutiques. Loin d’êtres raffinées, ces odeurs riches et puissantes, d’origine animales, sont toujours plus fortes et moins répugnantes que les odeurs humaines qu’elles couvrent « tellement quellement ».

Alors qu’il règne sur la France, Louis XIV hérite du surnom de « doux fleurant ». Si sa cour le nomme ainsi, c’est davantage pour la délicatesse de son odorat et sa passion pour les parfums, que pour son odeur corporelle, probablement tout aussi nauséabonde que celle de ses confrères. Fleur d’oranger, jasmin, œillet blanc : il fait parfumer jusqu’aux fontaines des jardins de Versailles. C’est son parfumeur Martial qui lui prépare avec soin les senteurs qu’il souhaite.

Grâce à l’Orangerie qu’il fait installer non loin du château, Louis XIV lance la mode de la fleur d’oranger. Elle est la seule odeur qu’il finira d’ailleurs par supporter, devenu allergique aux parfums pour en avoir trop consommé. « Jamais homme n’aima tant les odeurs et ne les craignit tant après, à force d’en avoir abusé. » écrit Saint Simon à ce sujet.

Comme le vêtement, les perruques, et autres accessoires de mode, le parfum devient à son tour marque distinctive du statut social. Grâce au « doux fleurant » et à son rôle de prescripteur tout puissant, la parfumerie française connaît un véritable essor. C’est à cette époque que la région de Grasse devient le cœur de cette nouvelle industrie qui participe à faire connaître le luxe à la française dans le monde entier. Un luxe dont Cire Trudon et ses bougies parfumées se faisaient déjà et se font toujours ambassadeurs.

Découvrez la bougie Solis Rex, dédiée à Louis XIV et à Versailles ici