Frais de port offerts pour toute commande supérieure à 75€
La Malmaison : le jardin de Joséphine.

La Malmaison : le jardin de Joséphine.

Née en Martinique, Joséphine cultive avec nostalgie le souvenir de cette île luxuriante où elle fit ses premiers pas. Dès son arrivée au château de Rueil Malmaison, elle souhaite faire de son jardin une réplique des paysages martiniquais, riche en fleurs et en oiseaux. Pour concevoir son projet, elle fait appel aux meilleurs jardiniers européens. Les fleurs arrivent en bottes des quatre coins du vieux continent. Les jonquilles, de jacinthes, de camélias, de tulipes fleurissent aux quatre coins du jardin. Une serre est même érigée pour accueillir les fleurs les plus fragiles et délicates. Notamment celles des Antilles qui tolèrent mal le climat hexagonal, mais aussi quelques roses, chères à Joséphine. Les fleurs sont cultivées avec discipline en parterres ou en pots, mais aussi semées dans le parc au milieu d’herbacées sauvages. Joséphine met un point d’honneur à ce que la nature s’exprime sans entrave dans la lignée des paysages chers au romantique de l’époque, Rousseau en tête.

peinture de Jean-Louis Victor Viger de Vigneau

La Rose de Malmaison - Jean-Louis Victor Viger du Vigneau

 

‪La passion de la botanique ne suffit pas à la jeune femme qui veut aussi voir voler de nombreux oiseaux dans son nouveau paradis. Les animaux à plumes comblent sa solitude et la distraient des affaires d’État qui ne l’amusent guère. Infatigable, Joséphine, s’emploie à écrire aux diplomates français pour qu’ils lui envoient les plus beaux spécimens. Très vite, les volières se multiplient et les jardins prennent des allures de parc ornithologique. Sur l’étang et la rivière anglaise qui traversent le parc, canards de Barbarie, de Caroline, de Hoccos, d’Agamis ou encore de Cayenne barbotent. On y trouve aussi un sublime couple de cygnes noirs rapporté d’Australie en 1803. Premiers de leur espèce à connaître l’Europe, ils font la gloire du parc. Joséphine parvient même à les faire reproduire. Un exploit scientifique ! Comme ces palmipèdes, d’autres oiseaux deviennent de véritables objets de curiosité. De somptueux faisans dorés et argentés de Chine mais aussi un perroquet gris du Gabon qui agace fortement l’Empereur en l’appelant familièrement « Bonaparte ».

Perruche - Pierre-Joseph Redouté

Dans la lignée du Petit Trianon de Marie-Antoinette à Versailles, les voltigeurs multicolores et les fleurs du parc font de La Malmaison un bijou de faune et de flore. Vous pouvez retrouver toute l’histoire de cette entreprise incroyable dans le livre Joséphine, la passion des fleurs et des oiseaux aux éditions Artlys. Et découvrir la bougie Joséphine dont le parfum s’inspire des plus belles fleurs blanches du parc.