Frais de port offerts pour toute commande supérieure à 75€
Dans les jardins de l'abbé Delille

Dans les jardins de l'abbé Delille

Protégé de Marie-Antoinette, l’Abbé Delille (1738-1813) puise sa poésie dans les jardins romantiques et les bouquets de fleurs. Sa première muse : la Nature. Surnommé le « Virgile français », en raison de ses goûts bucoliques, il parfume la cour avec des images aux odeurs et couleurs multiples.

« Le doux printemps revient, et ranime à la fois

Les oiseaux, les zéphirs, et les fleurs, et ma voix.
Pour quel sujet nouveau dois-je monter ma lyre ?
Ah ! lorsque d’un long deuil la terre enfin respire,
Dans les champs, dans les bois, sur les monts d’alentour,
Quand tout rit de bonheur, d’espérance et d’amour,
Qu’un autre ouvre aux grands noms les fastes de la gloire ;
Sur un char foudroyant qu’il place la victoire ;
Que la coupe d’Atrée ensanglante ses mains :
Flore a souri ; ma voix va chanter les jardins.

Je dirai comment l’art, dans de frais paysages,
Dirige l’eau, les fleurs, les gazons, les ombrages. »
Abbé Delille, Les Jardins, 1782.