- 1643 -

Aux origines


En 1643, Claude Trudon devient le propriétaire d’une boutique rue Saint-Honoré. Il y développe une activité d’épicier et de cirier. Les bougies qu’il fabrique servent aux paroisses et à l’éclairage domestique. Au seuil du règne de Louis XIV, Claude Trudon pose ainsi les premiers jalons d'une entreprise qui fera la fortune de sa famille.

- 1714 -

Cire divine


La Manufacture utilise de la cire d'abeilles pour fabriquer ses bougies. Elle prend même pour devise « Deo regique laborant », qui signifie en français « Elles travaillent pour Dieu et le Roi. » « Elles » désignant les abeilles. La cire est soigneusement récoltée sur la ruche avant d'être filtrée, lavée et exposée au soleil pour obtenir le blanc le plus pur qui soit.

- 1715 -

Lumière fastueuse


La cour de Louis XV et les plus grandes paroisses du royaume sont séduites par les bougies parfaitement blanches de la Manufacture. Outre leur couleur immaculée, elles brûlent longtemps, sans crépitements. Déjà un vrai luxe à l'époque…

- 1737 -

Manufacture Royale


Héritier des Trudon, Jérôme Trudon rachète au Seigneur Péan de Saint-Gilles, en 1737, la Manufacture Royale des Cires, située à Antony. Fort du savoir-faire cirier de sa famille, Jérôme Trudon développe cette vaste manufacture avec brio.

- 1762 -

Art cirier


En 1762, dans l'Encyclopédie Raisonnée des Sciences, des Arts et des Métiers, l'ingénieur Duhamel du Monceau publie un article sur l'Art du Cirier. Son texte rend hommage au savoir-faire des Trudon et fait de la Manufacture un véritable exemple.

- 1789 -

Révolution


La Manufacture fournit Versailles jusqu'aux dernières heures de la monarchie et traverse la période révolutionnaire.

- 1811 -

Bougies impériales


En 1811, la Manufacture entre à la cour impériale. L'Empereur Napoléon Ier n'offre qu'un seul présent à son fils le jour de sa naissance : un cierge Trudon incrusté de trois pièces d'or à son effigie.

- 1889 -

Exposition universelle


Politique ou industrielle, aucune révolution ne parvient à faire de l'ombre à la Manufacture. Elle résiste notamment à l'avènement de la « Fée électricité ». En 1889, son savoir-faire est même récompensé par une médaille d'or à l'Exposition Universelle.

- 2007 -

Histoires parfumées


En 2007, l’entreprise prend le nom de Cire Trudon et se spécialise dans la fabrication de bougies parfumées. Elle fait alors appel à des nez reconnus pour créer les parfums des histoires qu’elle souhaite raconter. Dans ses usines nichées au cœur de la Normandie, chaque bougie est coulée et façonnée à la main. Une fabrication luxueuse qui perpétue le savoir-faire de son fondateur Claude Trudon.

- 2007 -

Rive gauche


Ouverte au début du XXe siècle, dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés, à quelques pas de l’Église Saint Sulpice, entourée de nombreuses boutiques religieuses, la première boutique Trudon propose une large gamme de bougies parfumées ou éclairantes.

- 2014 -

Rive droite


En 2014, la Maison investit un nouvel espace, au 11 rue Sainte Croix de la Bretonnerie, dans le Marais, un quartier historique et typiquement parisien. Les bougies Trudon sont aujourd’hui plébiscitées dans le monde entier.