Frais de port offerts pour toute commande supérieure à 75€
Les Mémoires sur Marie-Antoinette de Rose Bertin.

Les Mémoires sur Marie-Antoinette de Rose Bertin.

Voilà un petit livre pratique à emporter sur la plage pour profiter de l’été tout en se cultivant un peu. « Ministre des modes » de Marie-Antoinette, Rose Bertin avait toute la légitimité d’écrire des mémoires sur la dernière Reine de France. Née dans une famille du peuple, pauvre et sans éducation, rien ne la prédestinait à devenir l’une des intimes de la femme la plus puissante du XVIIIe siècle. Et pourtant …

À peine sortie de l’adolescence, Rose Bertin commence à travailler chez une marchande de modes parisienne. Le métier est alors mal vu, perverti par la prostitution. Mais la Maison qu’elle rejoint est respectable et travaille pour le gratin de la noblesse. Très rapidement, l’œil, le savoir-faire et l’intégrité de la jeune apprentie se font remarquer.  La duchesse de Chartres la prend sous son aile et lui présente la future reine. Rose Bertin s’impose alors à Versailles et participe à faire de Marie-Antoinette une icône de mode. Les deux femmes entretiennent une relation très proche. Pour la première fois, une Reine de France traite en direct avec sa modiste. Mademoiselle Bertin est même admise dans la chambre de Sa Majesté. Du jamais vu. Au détour des dentelles et des rubans, Marie-Antoinette lui livre ses secrets et ses doutes. L’oreille de Rose est aussi précieuse que son talent pour la couture.

Portrait de Rose Bertin - Guillaume Dominique Doncre

 

La couturière acquiert une renommée bien au delà de Versailles. À Paris comme en Europe, porter ses créations, c’est être dans le vent. Le style « Marie-Antoinette » devient la tendance qu’il faut suivre à tout prix. Le succès est au rendez-vous.

 

 

Portrait de Marie-Antoinette en robe de gaulle - Élisabeth Vigée Le Brun

 

Il aurait sans doute duré de nombreuses années si la Révolution n’était pas venue bouleverser l’époque. Alors que sa protectrice se fait guillotiner, Rose Bertin s’exile en Angleterre. Quand elle reviendra en France, une fois la paix rétablie, la mode aura bien changé. Elle cessera toute activité.

 

Rose Bertin a participé à faire de la mode une industrie dans laquelle les femmes ont pu gagner leur indépendance et devenir de vrais chefs d’entreprise à l’instar de Jeanne Lanvin à la fin du XIXe siècle ou de Gabrielle Chanel au début du XXe. Ses mémoires sont un vrai témoignage de la Cour et de ses mœurs. Leur lecture est facile. On se plaît à découvrir Versailles au travers du regard d’une roturière qui n’aurait  jamais dû y connaître la gloire. Seul bémol, l’admiration de Rose Bertin pour Marie-Antoinette est inconditionnelle et elle ne cesse de la défendre au fil des pages. Or, l'Histoire l'a prouvé, la Reine était loin d'être une sainte. Attention, donc, à ne pas prendre au premier degré un portrait quelque peu biaisé.