Frais de port offerts pour toute commande supérieure à 75€
Joséphine, une impératrice à la main verte.

Joséphine, une impératrice à la main verte.

 

« La lumière muette de l’aube glisse sur les parterres en fleurs. Une ombre fine se faufile parmi les roses, les jasmins, les camélias et les iris. De sa main verte et délicate, elle réveille les senteurs éclatantes d’un jardin au destin impérial. »

 

Encore une fois, la Maison est allée puiser dans l’histoire de France pour sa nouvelle création. Joséphine de la Page est née le 23 juin 1763, en Martinique. Son goût pour la faune et la flore prend racine dans la terre fertile de cette petite île paradisiaque. Elle grandit dans une plantation sucrière au milieu d’une nature généreuse et sémillante. La jeune créole aime observer les fleurs et se promener dans les forêts verdoyantes aux parfums délicats. Pourtant, à 16 ans, elle est contrainte de quitter ce paysage qu’elle chérit tant pour se marier en France.

Portrait de Joséphine par Arthur Garneray

 

Elle épouse le Président de l’Assemblée Nationale et devient Joséphine de Beauharnais. Malheureusement, son mari est guillotiné pendant la Révolution. La voilà veuve, mais pas pour longtemps … Après deux années de deuil, elle rencontre le Général Bonaparte qui tombe éperdument amoureux d’elle. Joséphine se marie à nouveau.

 Alors que son nouvel époux sillonne l’Italie puis l’Égypte au sein de l’armée française, Joséphine cherche un domaine où ils pourront s’installer les guerres terminées. Elle tombe sous le charme d’un château à Rueil Malmaison. Elle l’achète.  Très rapidement, elle souhaite en faire un jardin d’Eden, libre et sinueux. Nostalgique de sa terre natale, la jeune mariée aspire à y planter une sélection de plantes qui sentent bon l’Amérique. Après le coup d’État de Brumaire de Bonaparte, elle devient Impératrice. Nous sommes en 1804 et le château de Rueil entre dans l’Histoire de France. Face à l’agitation politique, il devient pour Joséphine un refuge idéal. Elle poursuit son ambition d’y créer un jardin botanique atypique. Les campagnes de l’Empereur à l’étranger et les expéditions scientifiques organisées par l’État sont pour elle l’occasion d’importer de rares spécimens végétaux. Sa mémoire olfactive joue un rôle important dans la création de ce jardin si particulier. Elle y fait pousser toutes les plantes qui lui rappellent les Antilles comme un magnolia aux fleurs pourpres qui devient son arbre fétiche.
L’impératrice ordonne à grand frais la construction de serres où plus de deux cents plantes nouvelles fleurissent pour la première fois en France comme le camélia, le phlox ou le dahlia. Elle fait appel au célèbre botaniste Pierre Ventenat pour faire de son royaume de verdure une référence en matière de botanique. L’illustrateur Pierre-Joseph Redouté dessine quant à lui chaque espèce du jardin. Marguerites, tubéreuses, pivoines, lilas, capucines, narcisses, hortensias, lys, chrysanthèmes, tulipes, jacinthes ou roses : aucune fleur n’échappe à ses pinceaux. Il conçoit même un ouvrage sur le sujet, Jardin de Malmaison, qui rencontre un vif succès en France et en Europe.

 

Château de Rueil-Malmaison

 

En 1809, Napoléon et Joséphine divorcent, ne parvenant pas à avoir d’enfants. L’Empereur laisse le château de Rueil à son premier amour. L’Impératrice déchue y cultive le goût de la solitude jusqu’à la fin de ses jours, au milieu de ses fleurs et de ses oiseaux.


 

 Rose, gravure de Pierre-Joseph Redouté, proche de Joséphine

 

Pour vous offrir la bougie Joséphine, c'est ici.