" />
Frais de port offerts pour toute commande supérieure à 75€

Eugénie, la belle Espagnole

Eugénie par Franz Xaver Winterhalter

 

En 1849, à peine débarquée de son Espagne natale, Eugénie de Montijo devient la coqueluche du gotha parisien. Pas étonnant, elle est très jolie et les hommes ne lui résistent guère. Il n'en faut pas plus dans la capitale du XIXe pour qu'une femme brille ...

Ce succès tombe à pic puisque l’objet de son voyage dans la capitale est très clair : trouver un époux qui la hisse dans les sphères les plus hautes du beau monde. C’est sa mère, une comtesse espagnole fantasque aux ancêtres roturiers, qui a tout organisé. Et elle a déjà une proie en tête, Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon Ier, tout juste nommé Président de la République.

Grâce à l’une de ses connaissances, la vieille comtesse parvient à se faire inviter avec sa fille au Palais de l’Élysée où vit l’homme convoité. Bonne surprise, les deux femmes se retrouvent en tête à tête avec le futur Empereur qui ne semble pas indifférent au charme d’Eugénie. Mais si ce premier contact est de bon augure, il faut encore attendre deux années pour qu’il lui déclare officiellement sa flamme et la demande en mariage.

Leur amour se concrétise lors d’une chasse à Compiègne peu de temps après le Coup d’État, fin 1852. Depuis le diner entre les murs du palais présidentiel, Eugénie est de toutes les Fêtes officielles, mais c’est à cette chasse que Louis-Napoléon la courtise ouvertement aux yeux de toute la cour. Il lui fait même tailler en moins de 24 heures une broche en forme de trèfle ornée de diamants et émeraudes, plante qu’Eugénie aimait admirer sous la rosée du matin.

Devenu Empereur en 1852, Napoléon III doit impérativement se marier pour asseoir son pouvoir impérial. Sans hésitation, il choisit Eugénie et opte ainsi pour un mariage d’amour déclarant même au Sénat et aux différents membres des conseils : «J'ai préféré une femme que j'aime et que je respecte à une femme inconnue dont l'alliance eût eu des avantages mêlés de sacrifices. Sans témoigner de dédain pour personne, je cède à mon penchant, mais après avoir consulté ma raison et mes convictions». L’union est scellée le 30 janvier 1853 à Notre-Dame de Paris. Eugénie devient impératrice des Français et réalise la prédiction que lui avait confié une voyante lorsqu’elle était enfant : « Tu iras très haut.»

Découvrez les bougies L’Admirable et Cyrnos inspirées par Eugénie : www.ciretrudon.com

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer